more from
Asrafo Records

Légitime Défense

by Elom 20ce

/
  • Streaming + Download

    Clip "Ainsi soit-il" réalisé par Gomo-Gomo: http://vimeo.com/7600502

    Clip "Mon étendard" réalisé par Kareem: http://www.youtube.com/watch?v=az-vrEMOoHA

    Cliquer sur FREE DOWNLOAD pour accéder aux titres et sur SHARE pour partager via Facebook, Twitter, ...

    Contact: elom20ce@gmail.com
    Purchasable with gift card

     

1.
Intro 04:05
2.
Ainsi soit –il 1er couplet : Analphabètes, mais pas bêtes sont mes hommes Des bêtes de somme Autochtones, indigènes, ou villageois en somme, On se maintient comme la sagesse, A travers les époques ! Sous les tropiques, les moustiques nous dévorent le corps On a l’art de la malaria, La langue morte et noire comme les mers Pacifique tel un océan. Un triangle de Bermudes dans leur pré carré C’est le néant qu’on nous souhaite Descendants de Noé ! J’apporte le feu comme Néron Lumière comme Néon La barbarie comme Bonaparte Napoléon Cadet de Sem, ainé de Japhet J’t’assure mon frère, J’ouvre les esprits comme des cannettes. Refrain : Bêtes de somme Ainsi soit –il Des boucs émissaires Ainsi soit-il Des bandits Ainsi soit-il On a la science, la sagesse, la force et la hardiesse Négus !!! Qu’il en soit ainsi Bêtes de somme Ainsi soit –il Des boucs émissaires Ainsi soit-il Des bandits Ainsi soit-il On a la science, la sagesse, la force et la hardiesse Khémites !!! Qu’il en soit ainsi 2eme couplet Je me refugie entre mes parentheses Ou dans une paire de fesses Quand les points de suspension s’allignent Comme le rosaire Que j’égraine difficilement Dieu sait si je mens Lui seul sait Si j’m’égare ou si je suis sur la bonne voie Tortueuse ou caillouteuse ma foi, Monsieur l’Etat, Tes génies sont en herbe et la fume Enfermés dans des bouteilles d’alcool Délaissent les bancs d’école, pour la colle. Le campus, un cimetière bondé de pierres tombales Où l’avenir de la Nation constamment criblé de balles Avec à la prime, un champ de maïs comme bouquet de fleurs Mes peurs, je les chasse, comme les Eperviers les primes… J’apporte le feu comme Néron Lumière comme Néon La barbarie comme Bonaparte Napoléon Cadet de Sem, Ainé de Japhet J’ouvre les esprits comme des cannettes. Refrain 3eme couplet Demande aux Mc’s Mon flow distribue des gifles Crache des hiéroglyphes Incompris pour les néophytes. J’ai dit « NON » aux policiers Comme Sékou à la Communauté, Mes pensées encore menottées Par l’image de ces martyrs partis Le 25 janvier 1993 Une bougie à la main A Fréau Jardin. Je le jure devant le Grand Architecte De tenir tête aux imbéciles. Paix Atsutsè Agbobli. Je viens d’Afrique comme la chimie Et les mathématiques. Physiquement, je suis un tas d’atomes Qui se déplacent géométriquement dans l’espace. Mes phrases pleines de flammes Embrasent vos cranes Tchalé J’apporte le feu comme Néron Lumière comme Néon La barbarie comme Bonaparte Napoléon Cadet de Sem, Ainé de Japhet J’t’assure mon frère, J’ouvre les esprits comme des cannettes.
3.
1er couplet Je trempe ma plume dans le sang de nos morts Martyrs ou victimes de maladie comme Ebola. Abolis la crainte dans nos vies Pour gouter à victoire Comme Boli Basile, Buteur vainqueur de Champions League. Vu que le chant des soldats de l’enfer nous lie L’accent devient aggravé Pas comme celui sur « e » de «torturé» Muté en circonflexe quand je m’allie aux Viêt-Congs. Ce qui est con, c’est qu’on ne tient pas comptes des conséquences Cancer de nos existences tchalé Alors les larmes coulent sur nos joues comme les chutes du Niagara Pour irriguer le Kalahari qui habite nos coeurs Coeur qui a le hoquet car ayant soif d’épouser Une lutte que beaucoup disent perdue d’avance. J’avance dans une Afrique où les « Opérations Condors » Sont encore en cours Car nos tyrannies criminelles, telles El niño, Ivan ou Jane Fainéantisent comme Mari jeanne. Je me déclare révolutionnaire Et soudain, me voilà marginalisé Comme les Falachas en Israël ! Devine donc que la phobie dont je suis victime est Xéno Refrain x 2 : Sur les sentiers de l’espérance Autour des feux de la résistance C’est la danse de la dissidence Légitime défense Dressez le poing dans les cieux 2ème couplet Mon peuple noyé dans un bain d’acide Fond comme sous le soleil la cire Il me guide Hailé Sélassié Dans cette existence empoisonnée Comme Arafat Yasser Ou comme Viktor Iouchtchenko Mes textes en guise de Nunchaku Comme les pseudos pain-co Mes gars là qui, manient la mégalomanie Pire que Nicolae en Roumanie Trop de schizophrènes La lutte freinent kho ! Les fils de Nemrod Sont tellement à cours d’euros et d’émeraudes Qu’ils sont tous courbés sous le joug du nouveau Hérode. Nos princesses Nubiennes ont passé hydroquinone sur leur peau Car voulant toutes, s’assimiler à la Joconde Femme du Colon, Dalida me vida d’ma force En m’ôtant mes dreads Car comme Adam la pomme d’Eve j’ai croqué Et grogui par ce fruit « luciférique » Ma fierté je l’ai perdu comme mes dents de lait Où sont nos Mandela, nos Fela, tous ceux là Qui comme martyrs ont fini Depuis ma base terrestre Je scrute, l’infini, affiné au R.A.P raffiné. Refrain x 2 : 3ème couplet Je reste un guerrier come Shaka Zulu Tant que mes amazulus me suivent Et que les colons ne sont pas soulés par nos sangs. Ici on brule de l’encens pour que la revo(lution) Se ressente d’ici au firmament Les frères se cognent et rient ! Quelle connerie ! Et dans ma zone, des fils d’amazone Et d’Asrafo qui s’arment de bravoure Face aux Sodjas ! En bon étudiant, mes globules blancs et rouges ont des bleus Dopés au lacrymo quand les keufs nous bastonnent sur les campus ! En plus ils voudraient qu’on se taise Kaba ! (Vite) entre leur tête et leur torse Dessine des sourires kabyles Invoque dans leurs têtes, cataclysmes et hécatombes Des cranes et des tombes Des démons d’antan Fidel à l’activisme Comme Castro au Communisme Pas de mi-temps pour mes militants Tant que l’on circule comme la rumeur ! Négro ! Refrain x 4 :
4.
1er couplet J’atterris sur page ce que mes idées planent Les mandibules et articulent pour que tu l’entendes Mon coeur tremble 12 sur Richter Quand ces riches réitèrent Les actes qui matraquent Et les pauvres enterrent J’ai beau niqué cette donne Elle a toujours ces règles Et ne veut pas accoucher de la révolution A l’unisson, la rébellion, on la nourrit, ou lui sourit Voir les frères se trahir Et dire c’est pourri ! Si vis pacem parabellum Aka yé lé lom 20ce Elom, mon faux pseudo, S’adressant aux adolescents Les sens incandescents pour atteindre la quintessence Qui esquinte mes sens Courtise la guerre dans le but de séduire la paix Armures, ceintures, épée Bouclier au bras ! Prêt pour le combat Refrain x 2 : Le vert, le jaune, l’étoile blanche dans le rouge L’étendard sous lequel milite Asrafo 2ème couplet J’annonce l’orage comme un cumulo nimbus Pas de motus ni de bouche cousue Retrace la crasse sur les papyrus ! Celle des géniteurs et génitrices dont les grilles salariales Sont plus creuses que vos orifices Fiston ! Mate nos paysans Taffer à la houe, à l’heure où Sous d’autres cieux ça se subventionne et Asphyxiés par les règles de l’OMC tchalé. Les politiques nous divisent Tels Kikuyu et Kalenjin Développent les peines Multiplient les haines Frère kandédji (croit moi) Faut se soustraire de tout S’accrocher aux verbes A sa force salvatrice Avant qu’elle ne devienne chair Sur bandes et disques Refrain x 2 : Le vert, le jaune, l’étoile blanche dans le rouge L’étendard sous lequel milite Asrafo Le vert, le jaune, l’étoile blanche dans le rouge L’étendard sous lequel milite Asrafo Le vert, le rouge, l’étoile noire dans le jaune L’étendard sous lequel milite Asrafo Le vert, le rouge, l’étoile noire dans le jaune L’étendard sous lequel milite Asrafo
5.
Enfermé dans les ghettos Comme les juifs à Venise Ou comme les Chrétiens à Rome On se bat contre le trône et comme « Cabri mort pas peur de couteau » On se mutile et se bouscule dans le crépuscule Le démon nous corrompt Avec quelques carats Car pécuniaire est la carence Qui fait de nous des esclaves. Ici comme tu le sais La panacée, paracétamol quand t’as mal Et on attend ni la Pâques, ni le Ramadan pour le Carême Vu que le jeûne tout le temps on le caresse Et vu les vaches deviennent folles Et que la volaille fout la grippe On s’allie aux végétariens Ris ! Végète ! T’as rien à foutre ? Mais animal sans queue, Dieu lui chasse les mouches Et si tu jures notre perte On va te coudre la bouche Refrain x 2 : Mais qui a dit que pour nous y’aura pas de survie ? Mais qui a dit que pour nous y’aura pas de porte de sortie ? Mais qui a dit que pour nous, ce sera souffrance, angoisse ? Eh Sista ! À nous tu peux te joindre ! J’en ai marre de galérer et de chialer tchalé J’ai la colère Mes nerfs lâchent, mon être se fâche mec ! Je pète les plombs, je sens que je plonge L’angoisse me brise les os Putain ! Elle me paralyse Collé au sol comme la tête aux cieux J’suis de ceux qui ont pour auto Le 11 train, squattant les chemins menant à Rome. Le rhume on le pète au rhum! Tous voulant être des mecs heureux comme Une plaie couverte de mercurochrome; L’alcool comme sérum On s’y imbibe comme des racines Préparer l’élixir pour nos maladies. Je représente les étudiants "zémidjans" Génération de pères qui vivent encore chez leur mère Accrochés à leurs seins, Comme les abeilles à l’essaim. Mon frigo est plein comme les poissons au Sahara "Elayi", ça ira ! La foi, le squelette qui tient debout nos corps rongé par la faim, la soif et la haine, Mon frère, restons solides comme nos ADN. Refrain x 2 : Une spirale de difficulté m’élève Sphères après sphères Et me délaissent sur un coton de nuage Kon ! kon ! kon ! (toc, toc, toc) À la porte des anges Mais y’a pas de réponses Trop occupés à brosser leur plume Shap ! Entre le marteau et l’enclume, je m’échappe Et je plonge dans le silence En apnée dans mes pensées fumantes Je perds de l’altitude Je titube et me fracasse dans l’enveloppe de ma carcasse. Allongé dans la boue Comme ce poisson sur la berge J’avale à grand coup de l’oxygène Et me rappelle de ces moments paumés et durs Où la Mater vendait de l’eau pour payer nos études Papa courait devant des financières turpitudes On dormait à la pleine lune Sous la chorale des anophèles Qui nous berçait de leur Te deum Mélancolique et sans refrain. Refrain x 2 :
6.
Une si longue marche... / Elom 20ce 1er couplet Je marche pieds nus sur les braises Comme les Chrétiens célestes La vérité au bout des lèvres Je blesse Ma langue un silex. Le drapeau africain serré dans mon poing tutoie le ciel Comme les nuages et les chérubins C’est la Bosnie dans nos Balkans La plèbe est sous carcan Déploie ses ailes comme les archanges Lomé lé kanpké (Lomé est dure) L’apocalypse dans les ruelles Emoa mé kpéssé Une soeur de plus sur les trottoirs ce soir Les eunuques au pouvoir donc, Les intellos font zémidjan sur les boulevards L’harmattan dans les poches Animalise les pauvres Tandis que la fumée d’un joint humanise les fauves. Sourates et psaumes consolent les daronnes « Raquettées » par prêtres et pasteurs Qui roulent en 4 x 4, Nos rêves à 4 pattes Trainés dans la boue Comme le lotus ou autres nénuphars Refrain x 4 Marche, marche, marche, Marche, une si longue marche ! 2ème couplet Je compte les étoiles dans le ciel Je pisse en même temps Les pieds dans la poussière depuis longtemps. J’ai les pieds sales, les mains sales, Comme Ponce Pilate Les ficelles de la victoire Dans mes vers, je relate J’avance comme Mao Awo Mawu, (ô Dieu) écoute tes marmots Malmenés dans ce mondial chaos ! Check ! check ! check ! On a nos Tchang Kaï-chek Nos Pinochet, nos Duce, Mate l’échec de nos leaders embourgeoisés, Tu veux que je les cite ? Non, ils se connaissent déjà ! Les piliers de ma foi imbrisables Nos vies méprisables J’suis pas libre, je change de prison comme Madiba, Robben Island, Pollsmoor, Victor Vester, Avec la vie de Himes Chester! J’suis pas « la reine des pommes » Amoureux de ma race je suis Et dans les yeux de la lutte je me suis perdu. Refrain x 4 Mon coeur saigne de la tête Pas comme Dadis Camara Ni Mikael Gorbatchev Asrafo Tribu Rao Staff Dangereux dinosaures Kézita L’Afrique ou la mort Nous vaincrons !
7.
Phobia 03:51
1er couplet – Zendegi Refrain Restons fermes dans nos convictions la tête de la traitrise sous les aisselles Tchalé! Je lui écorche le cou! Restons fermes dans nos convictions la tête de la peur sous les aisselles Mon Dieu! Je lui arrache les yeux! 2ème couplet – Elom 20ce Le sang, la géhenne et les femmes L’essence et les flammes Une tête en quête d’air Emballée dans du cellophane Les images pleuvent Dans le désert de leur crane chauve Voir nos esprits dans leurs cachots Non ! N’aie peur de personne, Si ce n’est Allah et toi-même Garde la folie d’Ali Mohamed Armé jusqu’aux dents De la tête aux gants Jusqu’à quand yémilidan ? Azéa milé ga ma ? J’ai mal quoi, pas comme McCoy Oui comme Malcolm Frappe comme Gascogne Crescendo comme les Dalton Xénophobia, clostrophobia Finir en flamme tel Lumumba Méfie-toi du regard d’une dame Qui t’attire dans sa grotte Pour te passer la pommade Tremper ton cerveau dans de l’eau de javel Et sécher tes neurones sous le soleil Sur un fil de fer… 3ème couplet – Moses Refrain

credits

released January 1, 2010

license

all rights reserved

tags

about

Elom 20ce Lomé, Togo

Elom 20ce est un cogneur de l'invisible. Africain d’origine togolaise, il se définit comme un Arctivist partisan d’une Afrique unie, riche de toutes ses diversités, depuis le Maghreb au Cap, et du Cap-Vert à Madagascar. AMEWUGA, son 4ème album sorti le 31/01/2092. ... more

contact / help

Contact Elom 20ce

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Elom 20ce, you may also like: